Le cracheur de feu.

ALMOND David

1962, une plage noircie de charbon près de Newcastle. Bobby Burns y vit heureux, entouré de l’affection de ses parents et amis. Pourtant les conditions de vie sont précaires, la santé de son père inquiétante, l’adaptation au collège révoltante, et la menace de guerre atomique pèse sur le monde. Bobby croise plusieurs fois le chemin de McNulty, saltimbanque solitaire qui crache le feu, se transperce les joues, fait craquer les chaînes qui l’enserrent. Le jeune garçon est à la fois fasciné et effrayé par le personnage, hanté par la question de la douleur : peut-on la maîtriser ? Est-elle salvatrice ? Est-elle indissociable de la vie ? Les brimades corporelles sont-elles justes ?

Récit en forme de conte, presque irréel, tant le contraste est grand entre la noirceur de la toile de fond et la chaleur des relations entre les personnes qui entourent le héros. La tension monte habilement et se dénoue dans la paix et l’amitié, mis à part le suicide du fakir. Le roman reste en mémoire et incite à la réflexion : distance entre la foi du charbonnier de la jeune Ailsa et la discipline fasciste de l’institution religieuse, impact insoupçonné d’un acte de résistance courageux, chance de se sentir épaulé par son entourage. À partir de 14 ans.