Parle tout bas, si c’est d’amour.

CH√ČRER Sophie

& &  

 

M√™mes h√©ros et m√™me d√©marrage que dans L’huile d’olive ne meurt jamais, (LJA octobre 2001). Pour l’amour de Caroline, Olivier d√©fie la mafia sicilienne et propose ses services √† la baronne Cordopatri. L’amour est au coeur de ce roman, l’amour dont il faudrait savoir parler pendant les cours d’√©ducation sexuelle, ce que la jeune professeur de Caroline ne peut pas faire. L’amour qui est partout, m√™me dans la vie chaotique des adultes. On peut vouloir mourir d’amour, mais c’est encore la g√©n√©ration des grands-parents qui offre les plus beaux exemples. C’est ainsi que les chapitres se succ√®dent en une galerie de portraits contrast√©s et sans complaisance. L’histoire des deux adolescents en fait partie, exemplaire…ou presque. Leur amour est sinc√®re, profond, respectueux. Mais Caroline, 16 ans, tombe enceinte. La venue d’un enfant est librement assum√©e par le jeune couple et pr√©f√©r√©e √† un avortement. L’amour vient √† bout des difficult√©s, certes, mais les probl√®mes qui vont se poser sont pass√©s sous silence. Pour r√©fl√©chir et discuter, √† partir de 14 ans.