Panique chez les Bouledogre

M√ČNARD Jean-Fran√ßois

Les membres de la famille Bouledogre sont des √™tres monstrueux¬† et voraces qui d√©valisent les boucheries pour se rassasier de viandes bien saignantes. Incultes, ils malm√®nent la langue fran√ßaise, en particulier les expressions‚Ķ Les Croquebourru, ogres eux aussi, ne valent gu√®re mieux. Diff√©rences notoires cependant, ils chassent et utilisent un vocabulaire ch√Ęti√©, n‚Äôh√©sitant pas √† recourir √† l’imparfait du subjonctif ! Les deux communaut√©s se ha√Įssent depuis la nuit des temps. Or voil√† qu‚Äôau hasard des √©v√©nements une rencontre a lieu dans la for√™t entre une jeune Bouledogre, mi-humaine par sa m√®re, qui r√™ve d‚Äôun monde plus civilis√© et, insulte supr√™me, de l√©gumes et de fruits, et le jeune Hom√®re Croquebourru, qui pr√©f√®re la guitare au tromblon et pencherait aussi pour un r√©gime v√©g√©tarien.

La truculence du style, les trouvailles de langage, la démesure des personnages, l’histoire bien construite et menée tambour battant font de ce roman un régal d’humour et d’aventure sentimentale et rocambolesque. Il constitue également un plaidoyer irrésistible et efficace pour la tolérance et  la culture contre tous les communautarismes, xénophobies et autres dérives telles que le sectarisme alimentaire.