Les semelles de bois

MURAIL Lorris

& & &

 

Avril 1944. Cl√©ment, seize ans, habite une pension de famille √† Saint Germain-des-Pr√©s, o√Ļ depuis longtemps il paie son loyer avec des poules et des lapins. Lors d’une de ses exp√©ditions nocturnes, il rencontre Libert√©, passionaria du PC, qui lui promet une mission sp√©ciale pour le jour de l’insurrection s’il r√©ussit √† se procurer une arme. Vient enfin le mois d’ao√Ľt et le moment de retrouver la jeune fille au quartier Saint-Paul.

Deux r√©cits cohabitent : un √©v√©nementiel pr√©cis du soul√®vement de la capitale √©tay√© de citations d’√©poque en exergue de chaque chapitre d’un r√©cit au romantisme √©chevel√©, en √©cho √† un contexte √©pique enthousiasmant. En arri√®re-plan, la pension ¬ę balzacienne ¬Ľ o√Ļ vit Cl√©ment abrite un microcosme pittoresque, repr√©sentatif des trafics, syst√®mes D, compromissions, h√©ro√Įsmes de l’√©poque. Libert√©, utopiste inconsciente difficile √† cerner, convainc moins que Cl√©ment, Gavroche pragmatique aux vell√©it√©s h√©ro√Įques dont les √©motions restent tr√®s humaines. Une introduction √† l’Histoire port√©e par un suspense bien construit.