Nos éclats de miroir

HINCKEL Florence

Cl√©o, coll√©gienne de 14 ans, tient un journal intime depuis d√©j√† quelques ann√©es lorsqu’elle d√©cide d’√©crire des lettres √† Anne Frank, son ¬ę¬†√©crivaine pr√©f√©r√©e¬†¬Ľ. Elle commence ses lettres par ¬†¬Ľ Ch√®re Anne¬†¬Ľ et les termine par ¬†¬Ľ √Ä toi, Kitty¬†¬Ľ, pr√©nom de l’amie imaginaire d’Anne. L’adolescente y d√©crit son entourage : m√®re veuve d√©pressive, absorb√©e dans la confection de motifs √† base d‚Äô√©clats de miroir, grande soeur qu’elle admire, meilleure amie manipulatrice, Dimitri amour d’enfance‚Ķ¬†¬†Pendant 4 mois, l’h√©ro√Įne hypersensible et empathique raconte son existence, ses questionnements concernant son apparence, ne se reconnaissant pas dans les reflets de miroir… Elle se cherche comme toutes les adolescentes. Ses recherches sur la fin de vie d’Anne Frank l’am√®nent √† r√©fl√©chir, √† s‚Äôouvrir, provoquant en m√™me temps un big bang familial lib√©rateur. Ce r√©cit tr√®s court ne permet pas √† l’auteur d’approfondir les pr√©occupations expos√©es. La comparaison entre l’enfermement physique subi par Anne Frank et l’enfermement psychique ressenti par l’h√©ro√Įne peut mettre mal √† l’aise certains mais cette histoire bien √©crite touchera les coll√©giennes qui s’identifieront facilement √† Cl√©o. 12 ans. (F.C. et R.F.)