Noir est l’arbre des souvenirs, bleu l’air.

LOY Rosetta

En 1941, une famille romaine ais√©e passe ses derni√®res vacances insouciantes √† Venise. Giulia, encore une enfant, mange ses derniers chocolats, Lucia, sa soeur a√ģn√©e, r√™ve du gar√ßon d’ascenseur, Ludovico r√©vise maths et italien avec Massimo, l’√©tudiant des Jeunesses Fascistes, et leur m√®re, qui a un amant, joue au mah-jong. Pendant la tourmente, ils vont √† Gravello, en Toscane. Apr√®s l’armistice, tandis que le p√®re et Ludovico sont repartis √† Rome, la maison est occup√©e par les Allemands. Lucia s’√©prend d’un beau lieutenant. Massimo, le pr√©cepteur, parti vers Tripoli et Tobrouk, a √©crit des lettres d’amour passionn√©es √† son Annalisa. Les drames se succ√®dent, les destins sont boulevers√©s. Vingt ans apr√®s une autre vie a commenc√©.

Dans ce nouveau roman, Rosetta Loy brode sur son thème habituel (La Bicyclette, N.B. fév. 2003) : les années quarante et leur cortège de désastres. Elle décrit toujours avec la même réussite la guerre, les massacres et la vie chamboulée de nombreux personnages qui deviennent proches. Son style lumineux, très évocateur, sonne toujours juste.