La ballade de Dublin.

O'REILLY Sean

À sa sortie de prison, Noël Boyle, ancien activiste de l’IRA, s’est inscrit en philosophie à l’université de Dublin. Un petit boulot dans un centre téléphonique ne le sauve pas de la précarité. Sans famille, sans amis véritables, paranoïaque, hanté par le souvenir d’une fille inconnue qui s’est jetée dans la Liffey, il erre dans la ville et côtoie d’autres paumés : Colombe, altruiste et rêveuse, Victor, Slave sombre, Eleanor, Londonienne nymphomane et distante, et surtout Fada, piètre poète éthylique et délirant. C’est toute une faune immergée dans l’alcool, la drogue et la sexualité bestiale qui défile, une faune qui n’est aucunement spécifique de Dublin et qu’on peut rencontrer dans toute grande agglomération occidentale.

 

Quelques bons sentiments affleurent parfois, mais il ne se passe rien d’autre, dans ce roman, que des beuveries, des défonces, des rixes. Boyle sombre dans ce bas monde pitoyable, jusqu’à devenir criminel. Le style est lugubre, répétitif, d’une complaisante crudité.