Je ne ferai une bonne √©pouse pour personne : la vie et les amours d’Evelyn McHale, la plus belle parmi les ombres

BUSATO Nadia

1er mai 1947. Evelyn MacHale, vingt-trois ans, se jette du sommet de l‚ÄôEmpire State Building et s‚Äô√©crase sur une voiture. Apparemment elle est intacte : Robert Wiles, jeune photographe amateur, l‚Äôimmortalise. Sa beaut√© fera bient√īt la une de Life.¬†¬†Nadia Busato, journaliste italienne, s‚Äôappuie sur les √©l√©ments concrets de l‚Äôenqu√™te. Mais une grande part revient √† l‚Äôimagination‚Ķ Le regard des proches d‚ÄôEvelyn : sa soeur a√ģn√©e, son fianc√©, sa m√®re qui abandonne sa famille, premi√®re blessure ingu√©rissable. Elle y m√™le subtilement les seconds r√īles : policier, photographe, journalistes de Life, amie. Sa plume tr√®s fine sait rendre des points de vue aussi diff√©rents que le vertige de celle qui vient reconna√ģtre le corps ou l‚Äô√Ępret√© d‚Äôune salle de r√©daction. Appara√ģt le portrait d‚Äôune jeune femme qui, m√™me avec son fianc√©, veut √©chapper √† l‚ÄôAmerican way of life¬†et qui s‚Äôest toujours sentie irr√©m√©diablement seule‚Ķ Malgr√© les hachures qu‚Äôimpose cette construction, la qualit√© romanesque est incontestable. Et l‚Äôauteure, par sa rigueur, √©vite le pathos…¬† (A.Lec. et M.-C.A.)