Fleurs de coton.

TIE NING

Dans la province d’Hebei (Chine du Nord), la culture du coton rythme la vie campagnarde ; autour d’elle et gr√Ęce √† elle, les √©changes s’organisent : troc, paiements, cadeaux. Quatre enfants se rencontrent et d√©couvrent les premiers √©mois amoureux. Leurs sentiments, exprim√©s avec une grande pudeur, sont sugg√©r√©s ; ils n’en restent pas moins tr√®s forts et perdurent jusqu’√† l’√Ęge adulte. Le bouleversement entra√ģn√© par la guerre sino-japonaise en 1937, les engagements multiples dans la r√©sistance ou la collaboration, les failles ainsi g√©n√©r√©es dans les habitudes et les amiti√©s, la place des femmes dans la lutte, tout est admirablement d√©crit. La violence est vive mais la pudeur verbale de Tie Ning est grande.

Esth√©tisme et √©l√©gance caract√©risent les pages de ce deuxi√®me roman publi√© en fran√ßais : couleurs chatoyantes, mises en sc√®ne soign√©es des diff√©rentes situations. En d√©pit d’un dernier chapitre quelque peu d√©concertant, ce livre plein de po√©sie est attachant.