Enfants des fleurs

HONG Ying

Petite Sixi√®me est la plus jeune, fruit d‚Äôun amour ill√©gitime. Soeur A√ģn√©e, fille d‚Äôun premier mariage, est s√©v√®re mais son coeur s‚Äôouvre. Quatri√®me Soeur, qui a pris le mari de Petite Sixi√®me, est malheureuse‚Ķ Cinqui√®me Belle-soeur s‚Äôest-elle bien occup√©e de l‚Äôa√Įeule lorsque celle-ci est devenue vieille et fragile ? √Ä l‚Äôoccasion de l‚Äôenterrement de sa m√®re, auquel assistent sa famille et les amis proches, Petite Sixi√®me revient sur sa jeunesse, ses amours, ses grands succ√®s litt√©raires, son aisance financi√®re, et surtout sur le caract√®re exceptionnel de cette m√®re √† la vie mouvement√©e‚Ķ¬†Hong Ying est n√©e en 1962 √† Chongqing, ville qui tient une grande place dans ce r√©cit visiblement autobiographique. Elle a v√©cu √† Londres, puis est retourn√©e en Chine avec son mari anglais, comme son h√©ro√Įne‚Ķ Int√©ressant pour sa peinture r√©aliste de la Chine d‚Äôaujourd‚Äôhui, et notamment des c√©r√©monies fun√©raires interminables, ce roman rappelle aussi les exactions de la place Tienanmen ou de la R√©volution Culturelle. Une certaine sensibilit√©, une bonne analyse psychologique des personnages et des pudiques sentiments familiaux, retiennent l‚Äôattention malgr√© quelques longueurs. Un roman-fleuve, exprimant la tendresse de l‚Äôauteur pour ses parents et son pays, parfois pittoresque mais finalement lassant.