La serre sans verre.

YE Zhaoyan

& &

 

De la révolution culturelle chinoise, on sait que, dans les années soixante, l’obéissance aveugle à l’idéologie du Grand Timonier, Mao Tsé-toung, entraîne d’épouvantables campagnes de critiques, dénonciations, délations, particulièrement envers les intellectuels, mais aussi au sein même des familles où les enfants furent souvent les plus cruels. Dans ce long roman, probablement nourri de l’expérience de l’auteur, le regard naïf mais acéré d’un gamin de huit ans, “Moumou”, reflète – à son échelle – le chaos dans lequel va plonger le pays : la montée des idées révolutionnaires dans une petite université, l’enfant qui dénonce ses parents, les vies brisées, la haine et la cruauté qui explosent.

 

Dans un style simple, narratif, ce constat sans indulgence est fait de la juxtaposition d’une foule de personnages formant une fresque vivante, colorée, un peu disparate, sur cette époque tragique.