Deux fois rien.

VERMOT Marie-Sophie

& &  

 

Nuala, quinze ans, a d√©cid√© de garder son b√©b√© n√© d’une soir√©e trop arros√©e √† l’√©tranger, sans sentiments et sans suite possible avec le p√®re. Apr√®s l’accouchement viennent les probl√®mes de la vie avec un b√©b√© et des √©tudes √† poursuivre. Description r√©aliste et sans pathos des r√©actions de l’entourage, parents, profs, amis, qui se r√©v√®lent particuli√®rement compr√©hensifs,¬† r√©actions intimes de Nuala, tr√®s bien observ√©es dans un environnement globalement bienveillant. Les rapports avec une soeur paralys√©e et une m√®re captatrice apparaissent aussi dans ce r√©cit √† la limite du documentaire, parfois un peu lassant, qui a le m√©rite de pr√©senter comme possible et sans mi√®vrerie le fait de garder un enfant non d√©sir√© : l’avortement n’est pas la seule solution et on envisage de parler du p√®re, qui fait partie de l’histoire de l’enfant.