Des lieux et des hommes

MEANS David

Un homme est obsédé par le bruit que fait son voisin du dessus. Autour d’un feu des vagabonds évoquent de sombres histoires de lames meurtrières. Un jeune père torturé par l’angoisse d’une mauvaise nouvelle devient agressif envers son enfant. La défection subite d’un complice fait échouer un hold-up soigneusement préparé. Un impondérable transforme de minables « Robins des bois » en tueurs. Séparation annoncée de deux amants, combustion d’un ancien du Viêt Nam, crucifixion d’un ado, noyade près des chutes du Niagara… les histoires se succèdent. Ces treize nouvelles de David Means se rapprochent des précédentes parues sous le titre Le poisson secret (NB mai 2006). Les récits, de longueur inégales, de construction différente, évoquent des obsessions, des crimes, et l’espoir toujours déçu d’une rédemption. Grands espaces, petites villes tranquilles constituent de magnifiques décors. Certaines scènes sont d’une très grande violence. Le style de l’auteur, à la fois descriptif et introspectif avec un grand souci du détail, une pointe d’humour, est d’une redoutable efficacité. Mais cet univers noir émousse l’intérêt.