Celle qui ne pouvait faire qu’une seule chose par jour.

ALMASSY Eva

Malyne aime chanter, √©crire des histoires et de la po√©sie, fabriquer des bracelets br√©siliens et surtout passer beaucoup de temps sur l’ordinateur, beaucoup trop d’apr√®s sa m√®re qui l’accuse de ne rien faire d’autre. Un jour, une f√©e, sous forme de mouche, la pique en lui disant, avant de la plonger dans un sommeil profond : ¬ę tu vas comprendre ce que faire veut dire car tu n’auras le droit de ne faire qu’une seule chose par jour ¬Ľ. Pas facile pour Malyne, car ouvrir les yeux c’est d√©j√† se condamner √† ne rien pouvoir faire d’autre, comme bouger un bras, sauter du lit, bailler ou se gratter le dos ; en revanche, se souvenir, penser, ressentir, d√©sirer permet de rester √©veill√©. Mais faire une promesse et la tenir ?

Th√®me int√©ressant autour du mot faire, sur l’opposition entre l’action et la pens√©e, entre le corps et l’esprit. Mais l’√©criture d√©sordonn√©e et le style compliqu√© pourront d√©courager le lecteur. Dans le m√™me volume, Ceux qui devaient grandir sous l’oeil des cam√©ras : la croissance d’enfants-lofteurs s’arr√™te parce qu’elle est sous surveillance t√©l√©visuelle.