Ce qui coule dans nos veines

ADRIANSEN Sophie

En classe prĂ©pa, dans un lycĂ©e d’OrlĂ©ans, Garance et Adam sont amoureux. En osmose parfaite, ils partagent leur mĂȘme passion du travail. Ambitieux pour leur avenir, ils Ă©chafaudent des projets jusqu’au jour oĂč Adam apprend qu’il est atteint de leucĂ©mie aigĂŒe. Une transfusion sanguine pourrait lui donner des espoirs de guĂ©rison, mais Adam refuse catĂ©goriquement car il est TĂ©moin de JĂ©hovah, tout comme sa mĂšre qui l’encourage dans sa dĂ©cision. Son pĂšre, opposĂ© Ă  ce choix, engage un avocat.  Quand son sujet de dissertation philosophique est  » peut-on vouloir librement mourir? », Garance, la narratrice, est entraĂźnĂ©e non seulement Ă  la rĂ©flexion, mais aussi Ă  l’action en usant des rĂ©seaux sociaux pour faire entendre son cri de dĂ©sespoir face Ă  la lobotomisation des esprits pratiquĂ©e par la secte. Quelle est la part du libre-arbitre quand l’ĂȘtre humain subit tant d’influences, y compris inconscientes ? Et le refus de la vie n’est-il pas une forme de suicide? Garance, au prĂ©nom rouge sang, a pour adversaire Adam, son premier amour. Un roman Ă  thĂšse, un peu dĂ©monstratif mais intĂ©ressant. (M.-C.D. et M.D.)