Bonsoir les choses d’ici-bas.

ANTUNES AntĂłnio Lobo

Au cours d’une pĂ©riode postcoloniale indĂ©terminĂ©e, les services du contre-espionnage portugais dĂ©pĂȘchent en Angola un agent chargĂ© de remettre au pas une “cible” ou de lui rĂ©gler son compte : une famille impliquĂ©e dans un trafic de diamants. C’est un voyage de quelques jours, assorti de la promesse d’un avenir paisible. AprĂšs l’Ă©chec de ce premier agent, un deuxiĂšme, puis un troisiĂšme, ont pour mission de liquider les prĂ©cĂ©dents.

 

En rĂ©alitĂ©, les personnages des trois livres qui composent ce roman mĂšnent leur propre vie et semblent entraĂźner l’auteur qui se laisse porter au grĂ© de leurs fantasmes. Leurs discours sont de longs monologues, comme peuvent en tenir des patients en cure, procĂ©dant par spirales, revenant sans cesse, de façon incantatoire, aux mĂȘmes Ă©vĂ©nements, entremĂȘlant leur vie Ă  Luanda ou Ă  Lisbonne, leur mission et leur enfance. C’est uniquement lorsqu’il abandonne la recherche logique des faits pour lire avec une “attention flottante” que le lecteur peut ĂȘtre pris dans la magie de la phrase qui fait l’intĂ©rĂȘt et la difficultĂ© de ce seiziĂšme roman d’Antunes, Ă©crivain et psychiatre.