Un million de lumières.

S√ĀNCHEZ Clara

Madrid 1970. Resplendissante ou hostile, la Tour de Verre vibre au rythme de ses occupants et, plus particuli√®rement de son Pr√©sident. Le jour o√Ļ elle y entre comme r√©ceptionniste, la jeune femme sans nom n‚Äôimagine pas arriver au trenti√®me √©tage, et encore moins au bureau pr√©sidentiel. Une ascension au cours de laquelle elle va conna√ģtre successivement un emploi fictif, la mort de son patron, l‚Äôinternement d‚Äôune secr√©taire, la suspicion du personnel. Dans cette √©trange atmosph√®re, elle devine puis d√©couvre les liens qui unissent les uns aux autres, du chauffeur au Pr√©sident. Difficile alors de savoir √† quel point elle peut intervenir dans leur vie.

 

√Ä travers les yeux de la jeune femme, la Tour appara√ģt comme une entit√© √† part enti√®re, en totale fusion avec ses employ√©s, dont la facult√© d‚Äôadaptation n‚Äôemp√™che pas la pr√©carit√© de l‚Äôemploi. Le r√©cit profite de l‚Äôanonymat de sa narratrice pour amener les confidences et progresser dans un registre plus personnel. Clara S√°nchez conjugue ainsi divertissement et r√©flexion, en d√©crivant le monde froid des affaires, sans renoncer √† l‚Äôintimit√© de chacun des personnages. Une r√©ussite.