Un jour plus que parfait

SUTHERLAND Krystal

Esther, 17 ans, a une famille difficile. Son p√®re, agoraphobe, n’a pas quitt√© le sous-sol depuis des ann√©es, son fr√®re jumeau vit dans la terreur du noir et illumine la maison de jour comme de nuit, sa m√®re vit au rythme des machines √† sous √† la recherche √©perdue du porte-bonheur ultime. √Člev√©e dans la hantise de la Mal√©diction de la Mort cont√©e par son grand-p√®re, √† l’abri de la mort par noyade dans sa maison de retraite, la jeune fille retrouve un ami de son enfance. Habile pickpocket, il l’aide √† affronter ses peurs dont il lui a confisqu√© la liste.¬†Si Esther a quelques inqui√©tudes bien de son √Ęge sur son aspect physique, elle ne s’y attarde pas dans cette qu√™te de peurs cocasses (les homards) et de plus en plus effrayantes mais domin√©es, soutenue par un ami qui en conna√ģt un rayon en mani√®re de famille dysfonctionnelle. Que la Mort (en fait Le Mort pr√©sent√© par le grand-p√®re) soit personnifi√©e et suive la piste d’un tueur en s√©rie n’aide pas vraiment √† la compr√©hension d’autant que la conclusion rompt le rythme en appelant √† reconna√ģtre la maladie mentale et √† appeler √† l’aide. (R.F. et A.D.)