Un jour il m’arrivera un truc extraordinaire

ABIER Gilles

Elias a 13 ans mais paraît beaucoup plus jeune. Il est petit, chétif et semble fragile. Au quotidien, il doit jongler entre des parents divorcés et un beau-père avec lequel il ne s’entend pas. Heureusement, il peut compter sur le soutien de Milo, son meilleur copain, et Matilde, sa voisine. Il leur raconte toutes les histoires qu’il s’invente et leur montre les illustrations qu’il en fait. Mais, le jour où il réalise qu’il se transforme peu à peu en oiseau, arrivera-t-il à leur en parler ? D’abord les pieds, puis le visage, ensuite la voix… Personne ne s’en rend compte mais lui, il le sait. Et si cette transformation cachait une tout autre vérité ? Un jour il m’arrivera un truc extraordinaire raconte, sans le montrer, le déni d’un enfant. Les deux dernières pages dévoilent une réalité beaucoup plus sombre qu’une loufoque transformation. Si le début du récit semble farfelu, le dénouement choque, pousse à réfléchir et à reprendre l’intégralité du texte pour mieux comprendre. Gilles Abier dissémine, avec justesse et parcimonie, des indices laissant entrevoir la chute. L’écriture, remplie d’humour, d’ambivalence, laisse une trace profonde. Elias trouble encore longtemps une fois la lecture terminée. (L.-L.D. et F.E.)