Tangerine

MANGAN Christine

1956. Alice vit à Tanger depuis peu avec son mari John. Elle semble angoissée et perdue. Débarque alors Lucy, son ancienne camarade de chambre à Bennington College, dans le Vermont. Très jeune, Alice a perdu ses parents et elle souffre toujours de ce traumatisme. Même si elle est riche, sa tante lui versant une rente, elle reste fragile. Beaucoup plus sûre d’elle, Lucy, simple boursière, admirait Alice et cherchait à lui ressembler. John, beau cavaleur, s’étonne de la présence de cette Lucy qui paraît vite bien inquiétante…  Pour ce premier roman, Christine Mangan ne cache pas s’être inspirée du Talentueux Monsieur Ripley en nommant sa protagoniste Alice Shipley. La transposition est totale : l’intrigue fonctionne pareillement. On retrouve les années 1950, l’homosexualité latente, la jalousie, la manipulation, un trio et le charme d’un pays étranger. La différence est qu’il s’agit de deux femmes et d’un homme, mais surtout que n’est pas Patricia Highsmith qui veut. L’histoire est très lente à démarrer, les héroïnes absolument pas crédibles. Mais le suspense est indéniable, l’exotisme et le charme vénéneux du Maroc et de Tanger opèrent, mais est-ce suffisant pour capter l’attention ? (B.Bo. et C.-M.T.)