Soizik. (Le sang des Porphyre ; 1.)

BALAC, PARNOTTE Jo√ęl

& & & &

 

Au XVIIIe si√®cle, sur une c√īte bretonne, des villageois d√©couvrent les d√©pouilles de naufrag√©s sur la gr√®ve. Soizik d√©robe un collier¬†; rattrap√©e par Korentin, elle plonge dans la mer et se retrouve dans ¬ę¬†l‚Äôantre du Kornik¬†¬Ľ, une caverne o√Ļ s‚Äôentassent des figures de proue, √©trange royaume d‚Äôun jeune gar√ßon et de sa m√®re. Gw√©mon la laisse repartir. Un jour, la belle est l‚Äôenjeu d‚Äôun d√©fi qu’un inconnu, des marques de fer aux chevilles, rel√®ve. Le recteur le reconna√ģt et se souvient de cette nuit sinistre o√Ļ Konan enfant fut emmen√© au bagne, son p√®re et ses fr√®res, cruels naufrageurs, pendus au gibet, sa m√®re enceinte disparaissant dans les flammes de leur ch√Ęteau incendi√©‚Ķ

Ce premier tome d‚Äôune nouvelle s√©rie fleure bon la Bretagne, ses l√©gendes et ses superstitions, s‚Äôinspirant de l‚Äôhistoire des Roth√©neuf. Les protagonistes font preuve d‚Äôune r√©elle pr√©sence et le sc√©nario m√©nage √©motions, suspense, effroi et dr√īlerie. Le dessin r√©aliste soigne l‚Äôexpressivit√©, le travail de la couleur participe √† la dynamique du r√©cit¬†: clairs-obscurs, lumi√®re dor√©e, nocturne ou abyssale, s√©pia.