Saipas.

VAN LEEUWEN Joke

& &  

 

Chaque soir, maman raconte une histoire mais, cette fois-lĂ , Ă  peine l’histoire commencĂ©e, elle doit rĂ©pondre au tĂ©lĂ©phone : un petit personnage tombe alors du livre sur le lit.«Comment t’appelles-tu ?», demande-t-elle. «Saipas» , rĂ©pond le visiteur. Le texte devient trĂšs dense : la petite fille explique Ă  Saipas comment elle vit, mange, s’amuse, s’instruit. Mais, ce que veut Saipas, c’est retrouver sa place dans «son» histoire. Elle va donc lui en raconter des histoires ! Vie d’Ă©coliĂšre, bande dessinĂ©e, sĂ©jour dans le noir, rĂ©bus…  Les histoires se succĂšdent, de plus en plus dĂ©structurĂ©es, jusqu’au moment oĂč Saipas rentre dans la sienne.

Le procĂ©dĂ© de narration ne manque pas d’intĂ©rĂȘt. L’auteure a des trouvailles dans l’illustration, l’usage des typographies. La petite fille narratrice laisse libre cours Ă  un imaginaire dans lequel le lecteur risque de se perdre, de s’ennuyer parfois. Il faut ĂȘtre patient, ou curieux et bon lecteur, accepter le dĂ©lire de la petite fille, son angoisse.