Powerboy

CAVÉ Jean

Coincé dans la foule du métro parisien, Jehan capte le regard fixe et insistant d’un inconnu. Comme hypnotisé, il ressent un fourmillement, une étrange sensation, et comme l’envie absurde de commander à l’homme, par la pensée, d’ouvrir et garder la bouche ouverte. Celui-ci s’exécute et reste figé dans cette position. Abasourdi par la découverte de son pouvoir, Jehan, dès son arrivée au lycée, fait un malaise et doit être hospitalisé. Son voisin de lit, qui ressemble comme un frère à l’inconnu du métro, lui confirme ses talents de magicien. Tout ceci le fascine et l’inquiète : il réussit à faire tourner un guéridon mais pas la tête de la jolie Anne. Après un début dans un registre fantastique, le lecteur, comme le héros, a des doutes sur ses pouvoirs extrasensoriels. Sur le thème des interrogations de l’adolescence – relations avec les autres, séduction, recherche de la personnalité et pouvoir de la volonté – le roman manque de suspense. L’auteur semble avoir utilisé ses propres souvenirs de jeunesse, ce qui donne par moment au récit un parfum légèrement suranné.