No war ; 2

PASTOR Anthony

Run, touché par une balle qui était apparemment destinée à son père, se remet avec une rapidité étonnante grâce aux effets de la mystérieuse pierre Kafikadik. Cette même pierre, dans la chambre voisine, plonge dans le coma Jo, la fille de Roka (qui n’est autre que le chef du renseignement du Vukland). La tension est à son comble dans l’archipel de l’Atlantique nord entre les Kiviks qui défendent leur ile préservée contre un projet de barrage controversé et le gouvernement vulko qui attend le soutien des Américains pour mater la rebellion.  Ce deuxième volume de la série War tient toutes ses promesses. Dans un État sorti de l’imagination de son auteur, la tension est à son comble entre des franges de la société aux idéaux contradictoires. Fracture sociale (qui rappelle à certains égards celle qui a servi de terreau à la révolte des gilets jaunes), fracture politique, fracture familiale et une dose de mystère et de fantastique sont les ingrédients biens dosés d’un scénario haletant qui tient en haleine de bout en bout. Le dessin est résolument moderne, avec ses aplats noirs contribuant à accentuer la tension qui va crescendo au fil des pages. Une série captivante. (V.L. et E.B.)