Macao Blues

EISLER Barry

& &  

Macao, la ville du jeu¬†: le tueur √† gages am√©ricano-japonais John Rain y a repris du service. Il s‚Äô√©tait pourtant r√©fugi√© au Br√©sil, mais son ex-employeur, la CIA, est venu l‚Äôy chercher. Le tueur professionnel, sp√©cialis√© dans les ‚Äúmorts naturelles‚ÄĚ, doit cette fois-ci √©liminer un dangereux trafiquant d‚Äôarmes, Belghazi. Tout est pr√™t, lorsqu‚Äô√† la derni√®re minute, se dresse un obstacle, un autre agent secret, la belle Delilah‚ĶRain se rend √©galement compte qu‚Äôil a √† ses trousses une escouade de tueurs saoudiens. Quelle est exactement la teneur du trafic de Belghazi¬†?

 

Barry Eisler complète le portrait de son héros, tueur froid, mais sympathique et charmeur, entamé dans La chute de John R. et Tokyo Blues (N.B. mai 2005). Il analyse tous ses gestes, toutes ses pensées, toutes ses observations. On se coule en fait dans la peau du tueur. Comme toujours, notre héros passe d’une ville à l’autre, Sao Paulo, Rio, Macao, Hong Kong, Tokyo. Les descriptions de ces lieux sont minutieuses et bien réelles. Le lecteur suit avec intérêt l’intrigue et le suspense, mais sans passion.