Les saintes

GU√ČNIER Fabrice

Pour oublier un divorce cruel et la perte de la garde de ses enfants, un homme part en voyage en Asie. Vietnam, Cambodge, Tha√Įlande, ces pays exotiques regorgent de bars de nuit et de prostitu√©es. Dans leurs bras il trouve plaisir et consolation. Soir√©e apr√®s soir√©e, les amours tarif√©es s’encha√ģnent, go-o girls, transsexuels, massages en tous genres r√©pondent au d√©senchantement de cet homme en mal d’amour.¬†Dans une langue remarquable, Fabrice Gu√©nier livre un premier roman po√©tique, imag√© et musical, avec de courtes phrases souvent sans verbe, √©galement √©rotique par les descriptions toujours recommenc√©es des fins de nuit avec les filles des bars, jusqu’√† l’overdose. La pr√©cision des d√©tails, le sens aigu de l’observation r√©v√®lent le regard du photographe que l’auteur a √©t√©. Il cherche aussi √† dire la difficult√© d’√™tre d’un homme moderne, la perte des rep√®res dans les couples d’aujourd’hui, o√Ļ l’amour s’ach√®ve dans les pensions alimentaires. Autant se contenter de ces petites saintes qui donnent tout en √©change de pas grand-chose. Cynique, oui. √Čmouvant, aussi.