Au bonheur des limbes.

LEFTAH Mohamed

Dans une veine d√©lib√©r√©ment litt√©raire, rehauss√©e de citations d’illustres auteurs occidentaux et arabes, Mohamed Leftah reprend la longue tradition arabe, celle des po√®mes d’amour mystique ou profane et des Mille et une nuits. Il c√©l√®bre la ‚Äúfosse‚ÄĚdes d√©lices, ces limbes ‚Äúparadis des pa√Įens de bonne foi‚ÄĚ o√Ļ chaque nuit s’√©labore rituellement l’ivresse de l’alcool et du sexe. Il s’agit en fait du sous-sol d’une bo√ģte de nuit de Casablanca, r√©serv√© √† quelques habitu√©s. L√†, dans de sombres et savants plaisirs transmut√©s par la magie de l’√©criture, se m√®ne le combat contre la rigueur de la ‚Äúcit√© solaire‚ÄĚ, qui veut √©tendre sur tous son empire barbare. L√† se parcourent les voies exquises du plaisir, h√©t√©rosexuel, homosexuel, p√©d√©raste, zoophile, l√† l’eau-de-vie fait oublier les blessures de l’enfance et les menaces ext√©rieures.

 

Mais ces temps sont r√©volus, prostitu√©es au grand coeur, travesti automutil√©, nubien eunuque ont √©t√© vaincus par la brutalit√© du r√©gime ou de la maladie. Restent la force subversive du roman, son √©rotisme trop complaisant, son √©criture soign√©e, son parti pris culturel et son combat contre l’islam int√©griste.