Les petites consolations

JOYCE Eddie

Staten Island, face √† Manhattan, est le fief des Amendola, une famille italo-irlandaise meurtrie depuis la disparition du fils pr√©f√©r√©, Bobby, pompier mort en h√©ros lors de l‚Äôattentat des tours jumelles. Il laisse derri√®re lui sa femme enceinte, Tina, et une petite fille. Dix ans apr√®s sa mort, le clan va se r√©unir pour les neuf ans de Bobby Junior. Cet √©v√©nement fait surgir les souvenirs du pass√©. Comment Gail la m√®re, Michael le p√®re, pompier lui aussi, les deux fr√®res et la veuve du disparu vivent-ils depuis cette trag√©die ? La fragilit√© de chacun est mise √† l‚Äô√©preuve lorsque Tina annonce qu‚Äôelle veut leur faire rencontrer son nouvel ami.¬†¬†Kal√©idoscope o√Ļ chacun a son interpr√©tation de ses relations avec ses proches et se r√©v√®le dans ses faiblesses, ses rancoeurs tues, comme dans son attachement √† la famille et √† Staten Island, autre point vital du roman. Que les personnages l‚Äôaffrontent, le vivent avec douleur ou tentent de l‚Äôoublier dans l‚Äôalcool, le travail ou une aventure amoureuse, le deuil est trait√© avec sensibilit√©. Eddie Joyce recr√©e avec chaleur l‚Äôintimit√© autour des repas, l‚Äôexcitation des matchs de basket, la vie de cette moyenne bourgeoisie new-yorkaise. Un premier roman attachant et tr√®s vivant. (L.C. et A.Le.)