Les calendriers

COTTARD Robert

√Ä Gonneville-la-Mallet (1500 habitants), en pays de Caux, Bob, le facteur, commence la distribution des calendriers le 20 novembre, comme toujours. Redoutant particuli√®rement les chiens agressifs et m√™me une truie tr√®s combative, il avance prudemment dans les cours boueuses jusqu‚Äô√† la cuisine embu√©e et encombr√©e o√Ļ se fait le choix corn√©lien du calendrier. Souvent invit√© √† boire un verre, il lui arrive d‚Äô√™tre un peu √©m√©ch√© le soir. Chez certains, √† qui il apporte le pain, il d√©jeune ; on √©voque le c√©l√®bre grand-p√®re de Bob ou les potins du moment. En p√©riode de chasse, il y a quelquefois, dans la bo√ģte aux lettres, un lapin pour le facteur ou le bouquet de persil qui invite √† entrer. Il y a les radins, les g√©n√©reux… Dans un r√©cit aussi pr√©cis et vivant qu‚Äôune bande dessin√©e, Robert Cottard, facteur jusqu‚Äôen 2000, √©gr√®ne d‚Äôamusants et de touchants souvenirs de tourn√©es avec beaucoup de verve, en √©voquant un pass√© proche qui para√ģt pourtant bien lointain aujourd‚Äôhui. (C.-M.M. et F.L.)