Le si gentil monsieur Henry.

BERNOS Clotilde

& & &  

 

Maman lui r√©p√®te qu’elle a bien de la chance de prendre des cours de chant avec le si gentil Monsieur Henry. Mais Camille, dix ans, n’est pas de cet avis. Dans l’appartement o√Ļ il la re√ßoit, le pi√®ge se referme mercredi apr√®s mercredi : mains baladeuses, mots cauteleux √©maill√©s de traits violents, d√©shabillages forc√©s, pantalon de l’homme qui s’ouvre. La petite fille n’ose rien dire, s√Ľre qu’on ne la croira pas ou qu’on ne pourra plus l’aimer. Heureusement quelqu’un va deviner et son institutrice lui permet de tout raconter √† travers un spectacle th√©√Ętral.

Les parents sont aveugles : ils n’imaginent pas que leur fille, enferm√©e dans sa logique d’enfant, est incapable de leur parler. L’√©tude psychologique est fine, bien men√©e. Ce roman court, saisissant, expose sobrement, pudiquement avec des mots justes, le drame du jeune, impuissant et ¬ę coeur cass√© ¬Ľ, face √† un pervers.