En haut du poteau.

INGVALDSEN Bjorn

& & &  

 

Bjornar, le narrateur, 11ans, revit les √©v√®nements de l‚Äôann√©e √©coul√©e. Le d√©cor est plant√© : la vie quotidienne provinciale un peu √©triqu√©e dans une petite ville norv√©gienne, transfigur√©e par l‚Äôamiti√© avec Simon, gar√ßon imaginatif et audacieux. Son p√®re serait-il vraiment le plus grand cerf-voliste du monde¬†? A-t-il r√©ellement escalad√© les pyramides¬†? Peu importe. Ensemble les enfants construisent une fabuleuse cabane-maison, leur √ģle-refuge pour s‚Äôabriter des nuages noirs : inqui√©tant amaigrissement de la m√®re de Bjornar, absence du p√®re de Simon, peut-√™tre un nouveau p√®re ? Au bout de l‚Äôann√©e, la cabane est d√©molie, puis la mort de la m√®re, un nouveau mariage chez Simon provoquent la vente des maisons familiales. La vie continue, ailleurs, autrement.

Chronique émouvante pour l’adulte par la justesse de ton, la pudeur des sentiments, la vérité des relations familiales. Le thème de la maison est un symbole fort dont la destruction souligne, sans aucun pathos, la précarité des relations. Une lecture à haute voix en ferait remarquer toutes les finesses à un jeune auditoire.