Trop de chance

VIGNAL HĂ©lĂšne

& & & &

 

Elle a Trop de chance d’avoir choisi de naĂźtre dans cette famille qui se consacre au « Travail sur nous », d’ĂȘtre venue vivre prĂšs du MaĂźtre dans la Grande Maison dont elle ne doit pas parler. Elle s’y rendait naguĂšre avec les autres enfants du « Travail sur nous », mais dĂ©sormais elle reste seule Ă  la maison avec sa soeur aĂźnĂ©e quand leurs parents participent Ă  des rĂ©unions. Pas question de regarder la tĂ©lĂ©vision comme les gens ordinaires qui jouent et rient dans le jardin d’Ă  cĂŽtĂ©…

L’enfant dit l’ennui des soirĂ©es solitaires, la peur d’un visage aperçu Ă  la fenĂȘtre, le chagrin de la mort d’une chienne. Toujours abandonnĂ©e Ă  elle-mĂȘme, questions et Ă©motions sont interdites. Quand elle Ă©choue, elle se sent indigne d’avoir« Trop de chance », et elle jalouse les grandes qui rencontrent le MaĂźtre en tĂȘte-Ă -tĂȘte. Manipulation, secte, abus sexuel, jamais nommĂ©s, sont en filigrane d’un rĂ©cit dĂ©nuĂ© de sordide. L’Ă©criture Ă©conome a l’authenticitĂ© du vĂ©cu, restitue la naĂŻvetĂ© de la narratrice, et sait faire deviner l’indicible au-delĂ  des mots d’une petite fille.