Le miroir des princes

HAMROUNE Zadig

Enfant, il a √©t√© nourri des histoires fabuleuses que sa m√®re tant aim√©e tirait de ses origines kabyles et lui racontait chaque matin avant l’√©cole. √Ä la mort de la vieille femme, ravag√© de douleur, il se souvient de cet amour d’exception et fait lentement son deuil en composant des contes orientaux o√Ļ se croisent les mythes des mondes arabe et berb√®re.¬†¬†¬†Dans Le pain de l’exil (HdN d√©cembre 2015), Zadig Hamroune s’inspirait de l’histoire de ses parents alg√©riens install√©s pr√®s de Caen. Dans ce roman-po√®me, il creuse la veine autobiographique avec le journal de l’affliction d’un fils inconsolable m√™l√© √† deux r√©cits cruels et chatoyants d’ambitions princi√®res violentes qui ont pour d√©cor Damas et Tanger au tournant du VIIIe si√®cle. Souvenirs d’enfance, puis d’adolescence, introspection et questionnement sur la nature de l’amour pour la m√®re, fragmentent les contes qui eux-m√™mes se ramifient en histoires secondaires. Les nombreuses lignes de fuite entre fiction orientale, regard int√©rieur, et chronique familiale, rendent la lecture parfois ardue. Grande √©rudition (les r√©f√©rences litt√©raires et artistiques foisonnent), belle √©criture classique soutenue par un riche vocabulaire, mais un rythme lent, r√©p√©titif, qui marque bien les ressassements du narrateur et son d√©sarroi affectif.¬† (T.R. et L.D.)