Si j’y suis

DESPLANQUES Erwan

Jacques, trentenaire, est d√©boussol√© par la maladie de sa m√®re qui l’a √©lev√© seule. Il s√©journe quelque temps chez son ex-femme, dans une station baln√©aire landaise o√Ļ il venait enfant, √† la recherche d’un pass√© en voie de disparition. Quand sa m√®re est hospitalis√©e il souffre de la voir d√©cliner. Sans fr√®re ni soeur avec lesquels partager sa peine, il ressent d’autant plus tristesse et solitude. Comment vivra-t-il son deuil ?¬†Ce roman bref, en trois parties, explore par petites touches la d√©tresse d’un fils unique face √† l’absence, crainte d’abord, puis bien r√©elle. L’√©criture, l√©g√®re, cisel√©e, √©gr√®ne avec pr√©cision les moments v√©cus, apparemment anodins, auxquels le narrateur essaie de se raccrocher. Ancr√©e dans les d√©tails des gestes et des corps, attentive aux infimes variations d’humeur, elle engendre, paradoxalement, une ambiance incertaine, flottante ‚Äď reflet de l’√©tat d’esprit du h√©ros. Les souvenirs √©mergent, reconstituant des bribes d’histoires. Une fin √©trange, sur une plage ‚Äď retour au cocon maternel ? ‚Äď cl√īt ce premier roman sensible et discret.