Le Dilemme turc ou les vrais enjeux de la candidature d’Ankara.

DEL VALLE Alexandre, RAZAVI Emmanuel

La candidature d’Ankara à l’Union européenne est controversée. Parallèlement à une européanité discutable, surgissent de nombreuses divergences : arbitraire du pouvoir, précarité des minorités ethnoreligieuses chrétiennes et juives, génocide arménien, Droits de l’homme, problème kurde et partition de Chypre. Par ailleurs, l’armée turque, demeurée kémaliste, serait le seul rempart de la laïcité face à un islamisme conquérant empreint d’antisémitisme et de fascisme. L’intégration de cette nation-phare du monde musulman, frontalière du djihad international et du terrorisme, entraînerait paupérisation de l’Union européenne et développement d’un superlobby islamiste dans une “Union eurosiatique” source de conflits. L’Europe perdrait « son âme et son identité, sacrifiant l’une après avoir renié l’autre. » Il faut donc préférer un accord d’association privilégié préservant la laïcité du modèle kémaliste.

 

Reprenant les thèmes de La Turquie dans l’Europe : un cheval de Troie islamiste ? (N.B. juin 2004), les auteurs prononcent un plaidoyer sans nuance contre les négociations engagées en octobre 2005. Enfermés dans leurs certitudes, ils détruisent un à un les arguments contraires et glissent souvent dans une redondance due sans doute au bicéphalisme du livre.