Le Dernier Elfe ; ill. de Gianni de Conno.

DE MARI Silvana

Le soleil a disparu, des pluies diluviennes s’abattent sans trĂȘve ; un petit elfe, « un tout juste nĂ© », dernier survivant de son peuple, erre dans la boue, perdu, transi. Il rencontre une femme, puis un chasseur, qui l’adoptent malgrĂ© l’interdiction de cĂŽtoyer ces crĂ©atures malĂ©fiques. BientĂŽt jetĂ©s en prison, ils s’en Ă©chappent et dĂ©couvrent, gravĂ©e sur une frise, une ancienne prophĂ©tie. Treize ans plus tard, dans les Montagnes Obscures, Yorsh vit seul auprĂšs d’un vieux dragon geignard qui couve un oeuf. Ailleurs, une fillette se morfond dans un orphelinat sordide, un prince et un dragon hantent ses rĂȘves… Leurs routes vont se rejoindre dans une croisade pour la libertĂ©. La premiĂšre partie, plus courte, captive par ses pĂ©ripĂ©ties mais surtout par la personnalitĂ© attachante du hĂ©ros, d’une candeur dĂ©sarmante Ă  l’ humour dĂ©calĂ©. La deuxiĂšme partie, dĂ©veloppant l’accomplissement de la prophĂ©tie, change de rythme et de ton. Elle est longue, dense, compte tenu de l’alternance des deux rĂ©cits parallĂšles convergeant vers un dĂ©nouement d’inspiration quasiment biblique, un peu hĂątif mais qui retrouve le souffle de l’Ă©popĂ©e. QuĂȘte initiatique et roman d’apprentissage, un texte empreint d’heroic-fantasy et de merveilleux, non sans charme.