La stupeur amoureuse

GENAZINO Wilhelm

Le narrateur, la cinquantaine, hésite entre deux femmes. Sandra l’aime depuis vingt-trois ans. Elle lui propose de l’épouser pour lui assurer une vieillesse confortable. Or il partage équitablement son temps entre elle et Judith, tout en vivant en célibataire. Son métier de conférencier sur l’avenir apocalyptique lui rapporte peu. Il recourt à un « conseiller en panique » aussi fumeux que lui-même pour l’aider à choisir entre les deux femmes sans y parvenir. Ses ébats érotiques, que l’alternance favorise, le préoccupent, toujours inquiet de ne pas être à la hauteur.

 

Ce monologue introspectif décrivant minutieusement vie quotidienne et préoccupations intimes rappelle les thèmes des précédents ouvrages dont Un appartement, une femme, un roman (NB février 2004). Bien qu’une enfance douloureuse l’explique, le caractère du héros est peu sympathique, sa sensibilité exagérée et son narcissisme outrancier. L’auteur sait rendre une atmosphère, il cultive l’ironie qui confine au pessimisme mais ne suscite ni émotion ni intérêt.