La malchimie

BIENNE Gisèle

La soeur de Sylvain est chez elle, √† Reims, entre une tourterelle affectueuse et un petit escargot ; elle lit le r√©cit de la derni√®re maladie de Susan Sontag, fait par son fils, quand elle apprend que Sylvain a une leuc√©mie. Elle est romanci√®re et lui ouvrier agricole, expos√© d√®s l‚Äôadolescence aux produits phytosanitaires dangereux. Elle va le voir jusqu‚Äôau bout, √† l‚Äôh√īpital, et se souvient de leur jeunesse.¬†¬†Gis√®le Bienne (L‚Äô√©trange solitude de Manfred Richter, NB juin 2013), boulevers√©e dans sa qui√©tude studieuse, est tr√®s proche de son fr√®re qui a partag√© ses jeux et ses r√™ves d‚Äôenfance √† la ferme familiale, avant Monsanto et les entreprises tueuses‚Ķ Sa r√©flexion, au fil des jours, croise des personnages int√©ressants, subtilement mis en sc√®ne. Le style est l√©ger, spontan√©, po√©tique. Amour et souffrance sont magnifiquement peints, sans pathos. Les lieux pr√©sents et pass√©s chantent une douce musique qui fait davantage ressortir l‚Äôavidit√© et le manque de scrupules des entreprises productrices de pesticides, et le drame d‚Äôun cancer in√©vitable, malheureusement r√©current dans le monde agricole. Le titre est percutant et l‚Äôhistoire poignante. (E.B. et C.-M.T.)