Je n’ai pas trahi

COUDERC Frédéric

Corse 1943. Des miliciens italiens viennent arr√™ter le p√®re de Samuel, juif. Les chemises noires tuent la soeur de Samuel qui gagne le maquis. De nos jours, Luna et Matt√©o/Majid, deux lyc√©ens d’Ajaccio, sont t√©moins d’un attentat. Un vieil homme intervient avec une √©tonnante autorit√©.¬†L’intrigue avance en alternant les deux √©poques. La Corse occup√©e par les Italiens s’av√®re riche d’une tradition d’accueil des Juifs pour laquelle on a pu l’appeler l’√éle des Justes, tant fut affirm√©e sa d√©sob√©issance aux lois raciales allemandes. De nos jours le jeune graffeur Matt√©o dissimule son origine marocaine pour int√©grer le ¬ę¬†bon¬†¬Ľ lyc√©e. Son amiti√© avec Luna dont la m√®re ne m√Ęche pas ses mots devant l’√©tat de l’√ģle l’am√®ne peu √† peu √† s’affirmer. La place des femmes et leur caract√®re est importante, et se transmet de g√©n√©ration en g√©n√©ration. Antis√©mitisme historique, racisme actuel, violence, attentats sont la trame d’une intrigue tr√®s romanesque riche en rebondissements et surprises, y compris un trafic d’antiquit√©s. Par un auteur qui conna√ģt parfaitement l’√ģle et nous permet d’en percevoir tant la diversit√© des paysages que les parfums du maquis,¬† abordable d√®s 12 ans. (R.F. et M.-C.D.)¬†