Je n’ai pas trahi

COUDERC Frédéric

Corse 1943. Des miliciens italiens viennent arrĂȘter le pĂšre de Samuel, juif. Les chemises noires tuent la soeur de Samuel qui gagne le maquis. De nos jours, Luna et MattĂ©o/Majid, deux lycĂ©ens d’Ajaccio, sont tĂ©moins d’un attentat. Un vieil homme intervient avec une Ă©tonnante autoritĂ©. L’intrigue avance en alternant les deux Ă©poques. La Corse occupĂ©e par les Italiens s’avĂšre riche d’une tradition d’accueil des Juifs pour laquelle on a pu l’appeler l’Île des Justes, tant fut affirmĂ©e sa dĂ©sobĂ©issance aux lois raciales allemandes. De nos jours le jeune graffeur MattĂ©o dissimule son origine marocaine pour intĂ©grer le « bon » lycĂ©e. Son amitiĂ© avec Luna dont la mĂšre ne mĂąche pas ses mots devant l’Ă©tat de l’Ăźle l’amĂšne peu Ă  peu Ă  s’affirmer. La place des femmes et leur caractĂšre est importante, et se transmet de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration. AntisĂ©mitisme historique, racisme actuel, violence, attentats sont la trame d’une intrigue trĂšs romanesque riche en rebondissements et surprises, y compris un trafic d’antiquitĂ©s. Par un auteur qui connaĂźt parfaitement l’Ăźle et nous permet d’en percevoir tant la diversitĂ© des paysages que les parfums du maquis,  abordable dĂšs 12 ans. (R.F. et M.-C.D.)