Hugo aime Joséphine

DIEUAIDE Sophie

Hugo porte en lui un profond ressentiment √† l’encontre des filles. Sa sŇďur a√ģn√©e en est convaincue, et ses copines de coll√®ge ne cessent de d√©noncer son machisme. Il a m√™me eu comme punition une r√©daction √† argumenter sur son antipathie √† leur √©gard. Jusqu’au jour o√Ļ arrive dans sa classe Jos√©phine, une nouvelle qui ne semble pas int√©ress√©e par les ragots de ses condisciples. Il d√©couvre chaque jour un peu plus le charme de cette bonne √©l√®ve discr√®te, et il semble bien que l’attirance soit mutuelle.¬†¬†¬†

Une atmosph√®re paisible pour un coll√®ge id√©al, sans probl√®mes, o√Ļ r√®gne le respect. Des relations familiales et amicales qui sont fluctuantes comme souvent, mais bienveillantes. Et puis la naissance de la premi√®re idylle, avec les m√©tamorphoses psychologiques et vestimentaires d’un gar√ßon dont les a priori sur la gent f√©minine vont changer. Les approches s√©ductrices des m√Ęles sont trait√©es avec pudeur. Ce roman dr√īle et l√©ger alterne les chapitres avec insertion de textos, pages de journal intime illustr√©, et d√©finitions sur papier quadrill√©, qui ne sont pas lassantes. (M.-C.D. et C.G.)