Hitler et le Vatican

GODMAN Peter

L’analyse historique de Peter Godman porte sur les années 1930, donc presque exclusivement sous le pontificat de Pie XI. Elle vise à expliquer la modération romaine à l’égard du totalitarisme allemand et de ses persécutions. Les raisons en sont multiples : respect du Concordat de 1933, « socle juridique » primordial, oppositions au sein d’un Saint-Office mal coordonné, attitudes nuancées de l’épiscopat allemand, tradition diplomatique vaticane dans son rapport au temps, poids parfois prioritaire du communisme, interventions externes (jésuites, nonce, évêques), protection des catholiques, goût du secret. L’encyclique Mit brennender Sorge de 1937 se révèle mesurée et sa prudence rejaillit sur la réputation de Pie XII, principal rédacteur, mais non signataire.

 

Ayant eu accès en 2003 aux archives vaticanes, Peter Godman, enseignant à l’Université de Rome, membre du Comité des archives du Saint-Siège, décrit minutieusement la position de l’Église avant la seconde guerre mondiale. L’évolution des positions des différents acteurs de cette joute diplomatique, l’examen méticuleux des options possibles et retenues, illustrés dans des annexes copieuses, livrent un document d’un intérêt certain qui relativise les critiques virulentes sur le sujet.