Flammes d’enfer

CARROLL Jonathan

Walker Easterling, scĂ©nariste et acteur amĂ©ricain, vit Ă  Vienne. Peu aprĂšs un divorce douloureux, son ami rĂ©alisateur lui prĂ©sente Maris York, ex-mannequin devenue artiste plasticienne. Coup de foudre rĂ©ciproque. Des Ă©vĂ©nements bizarres ou dramatiques troublent vite ce bonheur naissant. Leur ami meurt dans un attentat terroriste. Sur une tombe, Walker remarque le portrait d’un soldat qui lui ressemble trait pour trait. Dans la rue, un marginal menaçant le questionne sur ses origines. De cauchemars en visions prĂ©monitoires, Walker se dĂ©couvre des pouvoirs Ă©tranges. Seconde traduction et rĂ©Ă©dition d’un roman Ă©crit en 1988 par un Ă©crivain amĂ©ricain multi-rĂ©compensĂ© dans le genre imaginaire et fantasy. L’histoire d’une romance moderne dans un milieu artistique et people dĂ©rive peu Ă  peu vers le fantastique magique et intemporel des contes de Grimm. Ce grand Ă©cart progressif fait l’originalitĂ© d’un rĂ©cit rendu de plus en plus complexe par la plongĂ©e dans les multiples vies antĂ©rieures du hĂ©ros Ă  la recherche de sa vraie nature. De nombreux thĂšmes psychologiques se tĂ©lescopent : l’amour fusionnel et rĂ©dempteur, l’angoisse de l’abandon, l’acceptation de dons exceptionnels… La dĂ©monstration virtuose de la fusion entre genres littĂ©raires opposĂ©s est intĂ©ressante, le rĂ©sultat peut s’avĂ©rer schizophrĂ©nique pour certains lecteurs. (T.R. et M.D.)