En route vers Okhotsk

FREY Eleonore

Depuis qu’il a publié, sous le pseudo de Mischa Perm, En route vers Okhotsk, Robert n’écrit plus. Otto, le médecin, rêve de partir très loin. Sophie, divorcée et mère de deux enfants, travaille dans la librairie de son oncle. Thérèse, aussi fragile que ses fantasmes, passe son temps à épier les autres. Les deux jeunes femmes sont amoureuses de Robert. Ils se connaissent tous, sans se connaître, se croisent dans la rue, au bar du quartier ou à la librairie, le roman de Perm à la main… la Sibérie en ligne de mire.  Étrange rencontre autour d’un titre, autour d’une destination probablement inexistante, suggérée par les bribes de ce  roman dans le roman que le narrateur donne à lire. La librairie est le lieu de cet imaginaire ; le café où ils se frôlent, l’autre espace où ces étonnants électrons timides s’attirent et se repoussent, effrayés à l’idée d’un geste, d’un mot qui engage, l’incertain seul garantissant une liberté étouffée par l’étroitesse du quotidien. L’écriture, fluide, traduit ces virevoltes, ces élans réprimés dès qu’ils se concrétisent.  Pour eux comme pour nous, l’évasion passe par la fiction : au bord du réel. (C.B et A.M.D.)