Delacroix

MEURISSE Catherine

Catherine Meurisse, si Ă©mouvante dans son album La lĂ©gĂšretĂ© oĂč elle exprimait ses sentiments Ă  la suite de l’attentat contre l’Ă©quipe de Charlie Hebdo, revient Ă  ses amours classiques. En effet, formĂ©e Ă  l’école Estienne puis Ă  l’école nationale des arts dĂ©co, elle se penche sur Delacroix pour lequel, aprĂšs ses Ă©tudes, elle avait dĂ©jĂ  exprimĂ© son admiration. Elle utilise pour cela le texte d’une causerie, qu’Alexandre Dumas tint Ă  propos de Delacroix devant un arĂ©opage de spĂ©cialistes, un an aprĂšs la mort du peintre. Dumas, dans son style flamboyant qu’il sait rendre Ă©mouvant, y dresse un panĂ©gyrique plein de vie de son ami.  Catherine Meurisse reprend ce texte qu’elle transcrit dans un lettrage manuscrit, lui permettant ainsi de s’approprier les paroles de Dumas, et ponctue le texte de dessins espiĂšgles ou d’ébauches « Ă  la maniĂšre de ! » inspirĂ©es de diverses oeuvres du grand maĂźtre. Ces aquarelles rĂ©ussissent Ă  Ă©voquer les principaux tableaux de l’artiste, sans les copier. La combinaison entre ces quelques images et les belles anecdotes de Dumas forment un hommage qui incite immĂ©diatement Ă  aller retrouver et admirer les originaux dans le musĂ©e ou la bibliothĂšque les plus proches.