Caton l’Ancien

CORTI Eugenio

Marcus Porcius Caton voulut toute sa vie être, pour ses compatriotes, un exemple des vertus romaines. Paysan, puis avocat, il fut vite renommé pour sa valeur militaire, indispensable pour faire carrière dans la République, où il exerça les plus hautes fonctions. C’était l’époque où Carthage représentait un danger constant et où la civilisation grecque pénétrait les esprits ; Caton lutta ardemment contre ses effets amollissants. Après avoir conquis l’Espagne, il écrivit de nombreux ouvrages sur l’histoire de Rome, sur l’agriculture ; il est surtout célèbre pour ses discours contre la corruption et pour la destruction de Carthage.

 

Ce livre n’est pas un roman, mais un scénario de film, tout en dialogues et en petits détails oiseux, ce qui en rend la lecture vite lassante. L’auteur appelle cela un « roman en images ». C’est dommage, car le personnage est fascinant et le livre, incroyablement documenté sur la vie quotidienne et les événements de l’époque, dégage une leçon de démocratie très intéressante. Eugenio Corti, écrivain italien très connu, a écrit La plupart ne reviendront pas (NB décembre 2003) et Les derniers soldats du roi (NB février 2005).