Binti, une enfance dans la tourmente africaine.

ELLIS Deborah

Binti, jeune Africaine de treize ans, vit une enfance heureuse avec son pĂšre, son frĂšre et sa soeur aĂźnĂ©s, malgrĂ© la mort de leur mĂšre. Bonne Ă©lĂšve Ă  l’école, elle est l’une des interprĂštes d’un feuilleton radiophonique. Quand son pĂšre meurt du sida, sa vie change brusquement. Un oncle cupide l’emmĂšne avec sa soeur et les utilise comme domestiques, les tenant Ă  l’écart de la vie familiale par peur de la contagion. L’une aprĂšs l’autre, elles s’enfuient. Binti retrouve sa grand-mĂšre qui Ă©lĂšve, dans un village de la brousse, une douzaine de ses petits-enfants, tous orphelins


 Chronique d’une enfance ravagĂ©e par le sida, rĂ©cit Ă©mouvant, Ă©crit comme un reportage, qui dĂ©veloppe diffĂ©rents aspects de la vie africaine : la solidaritĂ© locale et familiale, la cupiditĂ© de certains, la mĂ©fiance envers les familles touchĂ©es par le sida. Binti est un personnage sympathique, au caractĂšre bien trempĂ©. Dans un dernier chapitre, l’auteur donne des informations prĂ©cises sur le sida, sa transmission, la mise Ă  l’écart des sĂ©ropositifs. Le ton est parfois naĂŻf, les personnages manichĂ©ens mais le projet gĂ©nĂ©reux et la documentation solide.