Aya

DRU Marie-Virginie

Sur l‚Äô√ģle de Karabane en Casamance, Aya vit seule avec sa maman A√Įssatou. La belle Aya, douze ans, s‚Äôoccupe d‚ÄôA√Įssatou depuis que son p√®re a sombr√© avec un ferry qui reliait l‚Äô√ģle au continent et que son fr√®re Djibril est parti sur une pirogue vers un destin meilleur. La petite fille est r√©guli√®rement viol√©e par son oncle maternel. Malgr√© cela, elle m√®ne une vie insouciante dans son village aupr√®s de son ami Ousmane. Un jour cette existence basculera‚Ķ ¬†Marie-Virginie Dru, dont c‚Äôest le premier roman, est sculpteur et photographe. Elle va souvent √† Dakar o√Ļ elle a v√©cu. Elle suit les pas d‚Äôune reporter photographe – son double ? – , qui d√©barque dans cet endroit isol√© sans eau courante ni √©lectricit√©, qui vit au rythme d‚Äôune soci√©t√© traditionnelle o√Ļ les religions chr√©tienne et musulmane se m√™lent √† un animisme puissant. Son reportage porte aussi sur la Maison Rose cr√©√©e √† Dakar par la lumineuse Mona pour y accueillir les enfants des rues et les jeunes filles enceintes, victimes de viols, d’incestes ou de prostitution. Malheureusement trop de sujets sont abord√©s en m√™me temps, la pauvret√©, les violences sexuelles, les migrants, le regard blanc bienveillant. L‚Äôensemble est gentil et na√Įf. (A.M.)¬†