Athos le forestier

STEFANOPOULOU Maria

13 d√©cembre 1943, terribles repr√©sailles allemandes √† Kalavryta, P√©loponn√®se : plus de 700 hommes fusill√©s dont Athos, garde forestier. Le coup de gr√Ęce l‚Äô√©pargne. Longtemps amn√©sique, il survit dans la for√™t ‚Äď sa passion depuis toujours ‚Äď avec un soldat allemand traumatis√©. Bien plus tard, sa petite-fille veut apprendre et comprendre la terrible guerre civile qui a suivi. Or Athos a recouvr√© la m√©moire, sa femme et sa fille l‚Äôont retrouv√©. Chacun donne sa version‚Ķ¬†¬†Vibrante √©l√©gie sur la guerre, ses victimes, les s√©quelles des combats et des exactions. La nature est omnipr√©sente, √©voqu√©e avec lyrisme et sensibilit√©. La figure tut√©laire du forestier qui a surmont√© les s√©quelles de son martyre ? C‚Äôest la philosophie du sage sur la montagne, au-dessus des passions humaines, embl√®me de la r√©silience et du pardon envers les bourreaux aveugles. Les victimes et les h√©ritiers de sa famille forment un choeur auquel l‚Äôauteure rattache de nombreuses r√©f√©rences √† la mythologie ou √† l‚Äôhistoire plus r√©cente. Une tr√®s belle √©criture,¬† fouill√©e, sensible et claire. C‚Äôest un premier roman, apr√®s des recueils de nouvelles, encore trop peu connus en France. √Črudit, attachant, √©mouvant et tr√®s accessible. Une d√©couverte ! (M.Bi. et M.-C.A.)