Stiletto

KINO Julia

Tom et Romy, autrefois un peu plus qu’amis au lycée, se sont retrouvés au hasard d’un échange téléphonique « hot ». S’ensuit une coopération physique et journalistique dont le malsain et le sordide sont le fonds de commerce, et les taxis et la morgue les lieux de prédilection. On s’y plaît et on s’y complaît : c’est long, ça part dans tous les sens pour aller nulle part et aboutir à pas grand-chose. À l’occasion d’une de leurs enquêtes, Romy, agressée dans un sous-bois, tue son assaillant à coup de talon aiguille. Mais le chauffeur de taxi a vu la scène. De là découle une suite plus qu’improbable qui ne fonctionne pas et ne trouve jamais ni le bon ton ni le juste équilibre. Alors que le premier roman de Julia Kino était intéressant dans le style désespéré « no future », il est difficile d’adhérer à cette aventure grandguignolesque, bavarde et sans humour.