Rien que du bonheur

COLWIN Laurie

Contrainte de suivre son mari enseignant dans l‚ÄôIndiana, une jeune femme n‚Äôa plus d‚Äôautre joie que celle d‚Äô√©couter en boucle le disque d‚Äôun chanteur de m√©lodies sentimentales‚Ķ L‚Äôabsence de sa femme ne p√®se gu√®re √† Benno : il d√©couvre le plaisir de regarder la t√©l√©vision en se gavant de g√Ęteaux surgel√©s et se laisse prendre avec d√©lice au pi√®ge de son affriolante secr√©taire. Combl√© par l‚Äôexistence, un p√®re de famille redoute pourtant de voir s‚Äôeffondrer son bonheur lorsque des ragondins viennent occuper le d√©troit o√Ļ se baignent ses quatre gar√ßons‚Ķ¬†¬†Parues en 1969, ces huit nouvelles refl√®tent l‚Äôinclination de Laurie Colwin √† d√©peindre les choses infimes qui font le quotidien (Une vie merveilleuse, NB. mai 2001). Cette journaliste new-yorkaise, morte en 1992 √† l‚Äô√Ęge de quarante-huit ans, cerne finement les √©tats d‚Äô√Ęme et pointe avec tendresse les petits travers des √™tres et leurs bizarreries. √Čcrits dans une langue fra√ģche et vive, ces textes qui disent aussi la solitude, les renoncements ou l‚Äôincommunicabilit√©, se lisent agr√©ablement.